Les Endormies

Ah là là.

Dis donc, j’avais pas bossé sur un projet comme ça depuis un moment, mais ça fait du bien. Je viens de terminer, après une semaine de travail (en pyjama chez moi avec du chocolat, ok), une série de cinq illustrations intitulée Les Endormies.

 

les-endormies

 

Mais avant cela, revenons un peu en arrière…

Vous avez sans doute déjà remarqué ce cliché de la princesse endormie dans les contes de fées, non ? On en trouve à la pelle dans les histoires, des personnages féminins à qui l’on impose un sommeil plus ou moins éternel, souvent en guise de punition (simplement pour être une fâââmme, aah berk), et qui sont condamnées à attendre qu’un vaillant héros vienne les réveiller, les sauver, les épouser. Bref, autant dire que la symbolique est forte et, comment dire… pour le moins ambivalente.

Car au fil de ces contes, on retrouve les mêmes associations d’idées, les mêmes symboles antithétiques, attachés à l’idée de sommeil : la mort et l’immortalité, la luxure et la pureté, la force et la fragilité, l’innocence et le pêché… Toutes ces princesses incarnent un idéal féminin cristallisé, qui dans un cercueil de verre, qui dans une tour inviolable, mais toujours impossible à atteindre. Un thème qui renvoie peu subtilement aux mille injonctions quotidiennes faites aux femmes jusqu’à aujourd’hui, à qui l’on ordonne d’être à la fois saintes et maudites simultanément.

Ayant constaté ces paradoxes absurdes, m’est alors venue l’idée d’en faire une critique illustrée. J’ai donc passé la semaine à travailler sur ces cinq dessins. J’ai décidé de montrer, plutôt que des associations binaires artificielles et irréconciliables, une multiplicité de potentiels et de possibilités. Mes Endormies sont de tailles, d’âges, de formes et de couleurs diverses ; elles dorment, certes, mais ne sont pas passives ; elles ont chacune un petit “quelque chose” qui leur est propre et qui, je l’espère, parviendra à intriguer l’oeil du spectateur. Elles sont le reflet d’une réflexion construite, et non pas d’un gribouillage spontané comme beaucoup de mes oeuvres, ce dont je suis plutôt fière. Et enfin, ce sont des princesses féministes et libérées de leur sommeil inéluctable – à vous de décider si elles sont sur le point de s’éveiller, si elles rêvent ou si elles se reposent…

Je suis réellement contente du résultat, que je n’imaginais pas si “parlant,” mais j’aime beaucoup la cohérence de la série, leur sentiment d’étrangeté ambiguë, et leur noirceur lumineuse. Je suis curieuse de savoir ce que vous en pensez, car ces Endormies me sont chères, et j’aimerais beaucoup avoir des retours sur le message qu’elles tentent de véhiculer.

les-endormies-belle-au-bois-dormant
Sleeping Beauty / La Belle au bois dormant
les-endormies-blanche-neige
Snow White / Blanche-Neige
les-endormies-boucle-dor
Goldilocks / Boucles d’or
les-endormies-petit-pois
The Princess and the Pea / La Princesse au petit pois
les-endormies-poucelina
Thumbelina / Poucelina

Et si elles vous plaisent et que vous souhaitez les acheter, elles sont d’ores et déjà disponibles dans ma boutique en ligne ! (Cliquez ici. )

Nouvelle année, nouveau départ ?

img_4202
Ma toute dernière photo de 2016 : un coucher de soleil sur une autoroute de Floride…

Allez, on fait du ménage et on repart à neuf !

(Re-)Bienvenue donc à vous, troubadour batifolant ou baroudeur aguerri de la toile.

Voici l’an 2017 qui s’en vient, tout frétillant de nouveauté, tandis qu’on balaie les derniers souffles de 2016 sous le tapis. Du coup, j’habille mon blog d’un nouveau décor tout beau tout frais et je dépoussière son contenu pour étrenner une nouvelle organisation. Il était temps de remettre un peu tout ça au goût du jour, non ?

N’hésitez pas à jouer de la souris dans les environs pour vous familiariser avec le terrain : tout devrait maintenant être bien plus simple et accessible. Il n’y a plus qu’à remplir ce joli écrin d’articles qui sentent bons la brioche chaude, et en avant !

En attendant, je vous souhaite une bonne navigation, sur ces eaux-ci comme sur celles de la nouvelle année,

Agathe